Giulio Iacchetti tente de trouver des solutions aux problématiques avec toujours un objectif commun pour chaque nouveau projet qu’il aborde comme une équation mathématique, un problème à résoudre. Ainsi, il y attribue un thème précis, même si cela n’est pas dicté par le client, afin de caser et cerner chaque aventure, pour aboutir à des fins innovatrices. Jusqu’à présent, il a à son nom des milliers d’objets comme des chaises, des couteaux, des vases, des lampes, des robinets, des sacs et même des stylos. Ce designer industriel productif fonde Internoitaliano, système de production de mobilier, célébrant le mode de vie dit à l’italienne, afin d’internationaliser cette façon de faire. Le concepteur estime qu’il est toujours possible d’être en doute lorsqu’il s’agit de design. «Le doute, confie-t-il, fait toujours partie de la tension créative qui guide mon approche dans chaque projet: suggérer une idée, laisser une marque. Par exemple, ma conception du moule à glaçons en forme de lingot d’or… Mes ouvrages ne vont pas changer le monde, mais ils incarnent une valeur immatérielle, une dimension supplémentaire qui transcende leur valeur en tant qu’objet de tous les jours.» Depuis ses débuts, il a eu la chance de collaborer avec les plus grands noms du domaine créatif et industriel, tels qu’Abet Laminati, Alessi, Artemide, Ceramiche Refin, Fontana Arte, Foscarini, Magis, Moleskine et Pandora design. Il est aussi le directeur artistique de Danese, Dnd, Internoitaliano, Myhome. En 2009, il exhibe seul à la Triennale de Milan, “Giulio Iacchetti. Disobedient objects”, ou objets désobéissants, une exposition qui propose un regard plus large sur la création et le design industriel. Il présente ainsi une sélection de ses œuvres, les plus difficiles à définir et les plus intrigantes. Il défie les logiques établies, en rejetant l’idée d’être casé comme créateur de produits. Il reçoit, en 2001 et en 2014, le fameux Compasso d’Oro, une première fois pour sa cuillère-fourchette pour Pandora design et une seconde fois pour sa série de plaques d’égouts Sfera pour Montini. Iacchetti est l’un des premiers à promouvoir le travail collaboratif, tissant des liens avec d’autres artistes et même avec d’autres champs de travail. Il croit fermement qu’un projet est l’aboutissement d’un effort partagé. Ces desseins sont souvent formulés avec un objectif, une poursuite continue de solutions, pour tenter d’accomplir un certain besoin. Son résonnement global aboutit constamment à des résultats clairs et fonctionnels.

www.giulioiacchetti.com