Nouveau repère des amateurs d’art de Beyrouth, Artual Gallery by Hind Ahmad est un espace permanent de trois étages et de 250 m2, situé au centre-ville de beyrouth, qui vise à initier un véritable dialogue culturel entre l’Orient et l’Occident. La propriétaire revient sur l’inauguration, ses projets pour l’avenir et ce qui donne au nouvel espace une identité unique.

Parlez-nous de la façon dont vous vous êtes impliquée dans le monde de l’art…

Jeune, j’ai développé une curiosité pour l’art. J’ai eu la chance de beaucoup voyager et de vivre à l’étranger, où j’ai été exposée à plusieurs cultures et découvert des artistes émergents et talentueux. J’ai fait des études d’art et de culture visuelle à Londres, tout en obtenant séparément un diplôme en Droit. Ces différents domaines d’études, combinés avec l’expérience que j’ai acquise en travaillant chez Christie’s et à la galerie Victoria Miro à Londres, ont été le tremplin idéal pour établir mon propre business sur le marché de l’art, tout en gérant la fondation artistique de mon père Nazem Ahmad. 


Ayant lancé une galerie en ligne en 2017, vous avez décidé d’ouvrir Artual Gallery en mars dernier. Qu’est-ce qui vous a poussée à prendre cette initiative si importante?

J’ai été très heureuse de répondre aux besoins de la communauté online des amateurs d’art et aussi ravie de constater que les pop-up shows que j’ai organisés ont vraiment eu du succès. J’ai aussi compris que, pour réaliser mon rêve, celui d’établir un carrefour culturel qui promeut un échange artistique entre l’Occident et l’Orient à Beyrouth, j’aurai besoin d’un espace permanent. En ouvrant Artual Gallery au centre-ville, j’ai commencé à collaborer avec des commissaires d’expositions et des galeries et à œuvrer pour atteindre ces objectifs. 


Votre exposition inaugurale a créé un énorme buzz sur la scène artistique locale. Comment avez-vous choisi le thème et les artistes participants? 

Le thème et le concept de l’exposition Mille et une nuits ont été sélectionnés par la commissaire d’exposition Maria Brito, ce qui était très intéressant pour le contexte local, mais aussi parfaitement convenable pour l’espace. J’étais enchantée de collaborer avec Maria, surtout que j’ai suivi son travail pendant plusieurs années. Nous avons demandé à sept artistes américains contemporains d’explorer et d’interpréter les contes populaires de Shéhérazade pour l’exposition et les résultats étaient incroyables. L’ambiance à l’inauguration était vraiment ce que j’espérais, dynamique et très animée. 


Comment avez-vous conservé ce momentum depuis l’exposition inaugurale et quels sont les projets pour Artual Gallery? 

L’inauguration a exigé beaucoup de travail mais a été très satisfaisante. Depuis, Artual Gallery accueille des expositions collectives et individuelles qui sont de véritables réussites. Les artistes contemporains présentés, émergents ou établis, se sont avérés très populaires auprès de notre public. Nous avons aussi récemment participé au Volta International Art Fair à Basel, car c’était un tremplin pour la galerie, vu la réputation de la foire en tant qu’espace de découvertes et de nouvelles initiatives internationales. Le programme de fin 2019 et de 2020 est chargé, avec plusieurs expositions individuelles.