En Inde, Balkrishna Doshi est considéré pionner de l’architecture moderne, dont le portfolio, construit patiemment sur plus de 60 ans, est aussi varié qu’innovant. De par le monde, il est celui qui a travaillé en collègue avec Le Corbusier et Louis Kahn, dont il a traduit et transformé le style moderniste, focalisé sur les formes élémentaires et les matériaux, en une approche nouvelle vibrant en harmonie avec la culture, l’environnement et les croyances éthiques, religieuses et sociales. C’est dans ce contexte que se pose la rétrospective Balkrishna Doshi: Architecture for the People, qui offre des réflexions sur sa philosophie humaniste et son influence sur ses œuvres. Ainsi cette manifestation se décline-t-elle en quatre parties. D’abord, y figurent les constructions à but éducatif, tels que le campus du Centre for Environmental Planning and Technology d’Ahmedabad ou sa galerie d’art Amdavad Ni Gufa, dont le design caverneux émerge en réponse aux défis climatiques de la région. Arrive ensuite la section examinant l’ascendance de l’architecture sur le changement social, à travers l’exploration des notions du chez-soi et de l’identité. Sont mises en évidence ici les projets d’habitation sociale, que Doshi fonde sur les principes de participation et d’adaptation aux besoins et aux envies des utilisateurs. Des préceptes exemplifiés par Aranaya Low Cost Housing qui, aujourd’hui, abrite 80 000 personnes. Ce système permet aux habitants de moduler leurs espaces de vie suivant leurs circonstances économiques, tout autant que leurs préférences distinctives, cassant, de la sorte, le mythe des loyers limités, qui brisent et aplanissent les identités individuelles. Le troisième segment, lui, traite des institutions à l’édification desquelles Doshi est un élément clé. Elles s’illustrent par les bâtiments de l’Indian Institute of Management, dont les cours en jardins et les corridors interconnectés sont dessinés pour étendre les aires d’apprentissage. Une structure fascinante qui a contribué à l’ascension de l’institut à la position de l’un des groupes de réflexion essentiels à l’émergence économique de l’Inde. Enfin, la dernière partie est dédiée au travail de Doshi relatif à la planification urbaine des grandes cités. A savoir, le développement de Vidhyadhar Nagar. A la périphérie de Jaipur, cette agglomération résidentielle incarne une mixité d’époques architecturales et ses écoles, centres de santé et aires de jeux servent les besoins de ses habitants. Son infrastructure, elle, est conservatrice d’énergie et le style, entre usage de la pierre naturelle et présence des balcons et des porte-à-faux, recrée celui traditionnel de la localité. Au gré de ses pièces, l’exposition essaie de rendre justice à la versatilité et au génie inventif de Balkrishna Doshi. Par conséquent, elle sera accompagnée de conférences, d’échanges, d’ateliers et d’autres événements, qui viendront compléter la vision que le musée tente de créer.