Inspiré par l’architecture de l’époque maya du Mexique et aussi, en partie, par celle des temples japonais, le designer italien Pierpaolo Lazzarini a conçu un projet de maisons flottantes en forme de pyramides – baptisé Wayaland –, qui pourraient former une ville entière. En effet, chaque pyramide modulaire Waya offrira différents lieux de vie et de divertissement, tels que des hôtels, des boutiques, des spas, des salles de sport, des restaurants et des cinémas. Complété par des panneaux solaires qui couvriront les murs des bâtiments et par des turbines à eau pour l’approvisionnement en énergie, le projet vise à présenter une nouvelle expérience de vie extracôtière dans une communauté autosuffisante. La pyramide principale aura une plateforme de base carrée, mesurant 54 × 54 mètres. La surface totale de la structure sera d’environ 3 000 mètres carrés. Le module peut compter jusqu’à 10 étages, la hauteur maximale au-dessus de la surface de l’eau étant de 30 mètres. Le châssis est composé, en partie, de fibre de verre, de carbone et d’acier, et il sera assemblé pièce par pièce. Le sous-sol comprendra une grande entrée pour les bateaux et sera le lieu de stockage des moteurs, des équipements et des générateurs. Pierpaolo Lazzarini a lancé une campagne de financement participatif pour lever des fonds pour la construction d’une version plus petite de la pyramide flottante, à l’horizon de l’année 2022. Ce sera un bâtiment de 2 étages avec une base de 10 × 10 mètres. Selon le concepteur, construire la première maison nécessitera 350 000 euros qu’il prévoit de rembourser en une année, en transformant le module en hôtel, avec le prix d’une nuit fixé à 1 000 euros. Chaque contributeur votera, pour décider où monter la première structure de ce type dans le monde. Ainsi, Wayaland offrira une nouvelle expérience de vie en mer, celle d’une communauté construite autour de l’idée de l’humain sur l’eau.